L’ONG AJA  forme dans la salle de conférence de l’hôtel SOLIM PALACE, des apiculteurs issus des 05 préfectures riveraines au Parc National de Fazao-Malfakassa sur « la création et la gestion (processus, la comptabilité) de petites entreprises liées à l’apiculture ainsi que l’utilisation et l’entretien des équipements y relatifs ».

Cet atelier de formation d’une durée de 02 jours, du 23 au 24 mars 2021 qui a connu la participation du Directeur régional de l’environnement, monsieur AFFO ATE Badjaniou, du chef projet, monsieur ATSRI Honam, du directeur de l’ONG AJA, monsieur ISSIFOU Abdoussalane, ainsi que d’autres cadres de l’ONG AJA et les apiculteurs issus des 05 préfectures riveraines au Parc National de Fazao-Malfakassa, a pour objectif général de renforcer les compétences et les capacités des participants sur la création et la gestion (processus, la comptabilité) de petites entreprises liées à l’apiculture ainsi que l’utilisation et l’entretien des équipements y relatifs afin d’assurer la conservation à long terme de la biodiversité et ses services écosystémiques dans et autour du parc national de Fazao-Malfakassa, s’inscrit dans le cadre du projet  «  développement durable basé sur la promotion des moyens de subsistance respectueux de la biodiversité autour du parc National de Fazao-Malfakassa », et est financé par le Fonds Inde-ONU et mise en œuvre par l’UNESCO, en coopération avec le Ministère de l’environnement, du développement durable et de la protection de la nature du Togo, la commission nationale togolaise pour l’UNESCO, les ONG locales, les communautés locales et d’autres partenaires.

Le Coordonnateur de Projet économie verte Parc Fazao-Malfakassa, Monsieur ATSRI Honam nous a confié que cet atelier est un renforcement de capacités qui constitue une étape primordiale et importante du  concept d’économie verte. L’objectif ici ce n’est pas de voir l’apiculture seulement comme une activité mais surtout de voir pourquoi nous faisons l’apiculture et quel peut être son impact sur la conservation de la biodiversité. Et aussi comment on peut utiliser l’apiculture comme un moyen qui peut participer à l’épanouissement de la personne qui l’exerce, de sa famille et de sa communauté. Et aussi comment rendre professionnelle l’activité d’apiculture.

LES PARTICIPANTS

Plus spécifiquement, il s’est-agit d’aller à la découverte du métier de l’apiculteur, de comprendre la problématique environnementale liée à la surmortalité des abeilles, de créer un cadre d’échange d’amélioration de connaissance des pratiques apicoles, d’amener les participants à mieux comprendre, les rôles et responsabilités de ses membres, de permettre aux membres de connaitre les outils d’administration et de gestion ainsi que les amener à cultiver pour leur auto-développement, d’amener les participants à comprendre la notion d’entreprise, savoir rédiger un plan d’affaires, maitriser le processus de formalisation de création d’entreprise, de connaitre les obligations fiscales et sociales d’une entreprise, de comprendre et tenir la comptabilité de son entreprise et comprendre un contrat d’affaire.

Le Directeur de l’ONG AJA, Monsieur ISSIFOU Abdoussalane, a laissé entendre que les différents ateliers de formation réalisés dans le cadre du projet visent à réduire la pauvreté à travers le développement durable des communauté locales autour et dans le parc par la création des entreprises de biodiversité en mettant l’accent sur l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes ce qui permettra à terme de réaliser le deuxième objectif du projet qui est de renforcer les capacités des communautés afin d’assurer la durabilité des entreprises de biodiversité, de réduire le pression anthropique sur les forêts et de conserver les bases de ressources de leurs activités. Il remercie les partenaires pour leurs appuis

Pour le Directeur Régional de l’environnement de la région centrale, monsieur AFFO ATE Badjaniou, l’activité d’apiculture est en plein essor et contribue pour la bonne proportion a sa satisfaction de besoin de ménage pour un développement durable. Il félicite le gouvernement togolais qui apporte toujours son appui pour le développement et l’épanouissement des populations et remercie tous les partenaires et a fini par demander une oreille attentive des participants afin qu’ils puissent capitaliser cette formation qui leur permettra d’améliorer les conditions de vie, de leurs ménages respectifs et de leurs communautés.

Il faut rappeler que le projet projet “développement durable basé sur la promotion des moyens de subsistance respectueux de la biodiversité autour du Parc National de Fazao-Malfakasa”, financé par le Fonds Inde-ONU et mis en œuvre par l’UNESCO, en collaboration avec le ministère de l’environnement, la commission nationale togolaise pour l’UNESCO, les ONG locales, les communautés locales et d’autres partenaires, vise à diversifier les économies locales dans et tour du dit Parc, par la promotion de moyens de subsistance alternatifs d’activités génératrice de revenus , afin de contribuer à la conservation de la biodiversité, à la réduction de la pauvreté et à la promotion du développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 11 =