LETTRE OUVERTE AUX CHEFS D’ÉTATS DE LA CEDEAO.

LETTRE OUVERTE AUX CHEFS D’ÉTATS DE LA CEDEAO.

Initiative Africaine pour le Développement de l’Afrique (I.A.D.A), une association apolitique à vocation de développement d’indépendance économique et politique de l’Afrique à lors d’une conférence de presse en ligne ce samedi 22 janvier 2022 ont apporté leur soutien au peuple malien.

Au cours de cette conférence de presse, l’association a adressé une lettre ouverte aux chefs d’états de la CEDEAO.

Voici ci-dessous l’intégralité de la lettre ouverte aux chefs d’états de la CEDEAO.

Messieurs les Présidents de la CEDEAO,

Les sanctions prises à l’encontre de la junte militaire au Mali passent mal au sein des populations de votre espace régional. Ce n’est point pour dire que les peuples soutiennent les coups d’État militaires. Les sanctions ne passent pas parce que:

  1. Elles posent le problème de la démocratie. À ce sujet, les peuples estiment que le coup d’État au Mali est particulier. Il est intervenu dans le cadre d’un soulèvement populaire contre un régime incapable de résoudre la crise sécuritaire, incapable de faire arrêter la corruption généralisée qui fragilise les troupes au front contre le terrorisme. À ce titre, se référant à la définition même de la démocratie, l’autorité militaire au Mali est légitime et par conséquent légale. C’est difficile, à vos yeux, mais vous devez l’accepter ainsi, de peur que l’on continue de penser que vous vous alignez sur les positions de l’Élysée qui refuse de reconnaître l’autorité malienne actuelle comme un gouvernement
  2. Elles posent la question de l’importance des élections dans un contexte comme celui du Mali. Depuis le début de la crise sécuritaire au Mali, il s’y est tenu deux élections présidentielles, sans compter les législatives et les locales. Malheureusement, les fonds utilisés dans ce sens auraient mieux servi dans la lutte contre le terrorisme que d’installer des dirigeants qui ont été incapables de trouver une solution pour préserver le plus grand des droits de tous les temps, d’un peuple: le droit à la vie. Tirant leçon de cette situation, les Maliens ont décidé d’aller aux élections seulement, une fois la paix revenue sur l’ensemble du territoire. Ce qui est logique. Du reste, le Burkina Faso vient de reporter pour la deuxième fois après le report d’il y a un an, la tenue des élections communales pour les mêmes raisons que le Mali alors même que la crise sécuritaire est moins grande en terme d’occupation du territoire. Une telle situation fait penser à une politique de deux poids, deux mesures
  3. Elles posent le problème de la souveraineté. Vous avez suivi tout comme vos peuples, le bras de fer entre le Mali et la France par rapport au droit du Mali à faire appel à un nouveau partenaire militaire après le constat d’échec que la présence de l’opération Serval, de la MISMA, de la MINUSMA puis de TAKOUBA.

Toutes ces forces n’ont pas pu juguler la crise malgré la mobilisation lourde de moyens financiers, matériels et humains. Les attaques et les victimes ont été multipliés par sept entre 2012 et 2019, selon vos propres partenaires et experts.

Il est reconnu dans le droit international, le droit de chaque peuple à disposer de lui-même: c’est le droit à la souveraineté. Pourquoi face à la France, le peuple du Mali ne peut disposer de ce droit? Se référant à l’histoire, nous pensons que la France se trompe d’époque. On n’est ni à l’époque de l’esclave, ni celui de la colonisation. Dans ce sens, les peuples de la CEDEAO s’attendaient à plus de solidarité de la part de leurs dirigeants à l’endroit du peuple du Mali face à la France impérialiste

  • Elles posent le problème d’indépendance de nos États, ou tout au moins des dirigeants que vous êtes. Vous avez tous suivi comme vos peuples, les annonces à l’avance par les autorités françaises, des sanctions de votre communauté. Toute chose que vous avez le devoir de faire cesser. Mieux, nous avons même entre temps suivi les menaces du Président français contre votre communauté à laquelle il a réclamé des sanctions exemplaires contre le Mali. Pour être sincère avec vous, votre partenaire ne vous fait pas de bien et il est impoli de surcroit. Vous devez vous en débarrasser. Votre projet de la monnaie qu’il a torpillé par le biais de votre pair de la République de Côte d’Ivoire et votre silence qui s’en est suivi malgré la sortie de vos propres experts qui pilotaient le dossier; votre pair d’Abidjan qui crie à l’endroit de son homologue guinéen d’alors qu’il était suivi directement par l’Élysée alors que Alpha Condé posait les vrais problèmes de l’Afrique, sont entre autres, la manifestation des chaînes que vous continuez de porter par rapport à l’esclavagiste et maître français. Vos peuples s’en sont débarrassés et ils s’attendent que vous en fassiez autant. C’est cela qui explique le rejet de vos sanctions partout
  • Elles posent le problème de la rupture répétitive des institutions en

Afrique. Lorsqu’on considère les causes, l’on constate:

  1. Qu’il y a des coups d’État qui s’expliquent par des pratiques de trahison du peuple par les régimes tombants
  2. Qu’il y a des coups d’État qui s’expliquent par la volonté des régimes tombants de s’affranchir de la tutelle française. De ces deux constats, il convient que l’on trouve des solutions durables. L’une des solutions la plus importante connue est la BONNE GOUVERNANCE.

L’autre solution que I.A.D.A propose, c’est la légalisation du coup d’État. Oui, inscrire dans nos constitutions, les conditions claires dans lesquelles un coup d’État peut être accepté. En effet, autant l’on ne peut continuer d’accepter que des militaires véreux et traitres continuent d’assassiner les Présidents réformateurs, révolutionnaires et visionnaires, autant l’on ne peut accepter que des Présidents abusant de leur pouvoir, continuent de maintenir leurs peuples dans la précarité à travers des relations incestueuses avec l’impérialisme colonial et ses institutions financières. Du reste, dans une vidéo, le Président du Togo laisse éclater son incompréhension face au FMI qui lui fait adopter et passer de programme en programme sans que ceux-ci n’apporte rien de concret à sa population. Et pour vous dire vrai, chers Présidents, ces gens vous font adopter tout ce qu’ils veulent et au soir de votre pouvoir, ce sont les mêmes qui reviennent dire à vos populations que vous avez des biens mal acquis, que vous avez mal géré et votre population fait le reste, à savoir, vous déposer. Il vaut mieux pour vous que vous preniez vos responsabilités.

En tout état de cause, I.A.D.A vous encourage à rapatrier tous vos biens en Afrique et que ces biens servent à créer des emplois. Les Africains ne vous en voudront pas du tout si vous prenez l’engagement d’assainir désormais votre gouvernance.

Pour terminer chers Présidents de la CEDEAO, nous voudrons vous rappeler que les sanctions prises aujourd’hui contre le Mali, l’ont été hier contre la Côte d’Ivoire de GBAGBO Laurent. Aujourd’hui, ce monsieur est blanchi de tout ce dont il était accusé. Vous devez tiré des leçons. En continuant d’agir ainsi, vous contribuez à la volonté de la France à maintenir l’Afrique dans la précarité et la dépendance économique et politique notamment en fragilisant les efforts de l’unité africaine que tout le monde sait être l’idéal pour les Africains. Elle a déjà réussi à casser la dynamique de la monnaie unique de la CEDEAO. Elle cherche maintenant à faire éclater la CEDEAO elle-même et le refus de la Guinée d’appliquer les sanctions est un signe annonciateur auquel il faut accorder la plus grande importance.

Excellences messieurs les Chefs d’États, I.A.D.A tout en vous souhaitant bonne réception de la présente lettre ouverte, vous prie de recevoir ses voeux de bonne, heureuse et sainte année dans la santé, la sécurité de vos pays et le progrès très attendu par ceux-ci.

Très sincèrement,

Pour le Bureau National de I.A.D.A,

Le Président

Yempapou YEMBOAME

.                         Lomé, Samedi 22 Janvier 2022

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
2 + 4 =


Utilisation des cookies
Ce site utilise des cookies pour que vous ayez la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à vous parcourir sont consentants à l'acceptation des témoins précités et l'acceptation de notre politique de cookie