admin 18 mars 2021

l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB) Centrale continu les services de Cantine scolaire.

Pour ce qui est des cantines scolaires dans la région Centrale, il faut noter que du financement de la banque mondiale, les opérations de cantines scolaires ont évolué dans une approche communautaire.

Dans cette nouvelle approche les parents d’écoliers sont amenés à contribuer à 10 FCFA par par plat servis chaque jour de classe.

Ainsi pour la rentrée scolaire de 2020- 2021, au total 12 101 écoliers dont 5 920 filles sont bénéficiaires des opérations de repas chauds à travers 47 écoles dont 18 à Tchaoudjo, 2 à Tchamba, 3 à Blitta, 1 à Sotouboua et 23 à Mô.

Il faut rappeler qu’accroître l’accès des enfants des communautés les plus pauvres du Togo à des repas scolaires réguliers, ce qui devrait en retour améliorer la fréquentation et la rétention dans les écoles des zones ciblées est l’objectif que vise le projet FSB à travers sa sous composante 2 .1 cantines scolaires.

En effet, l’histoire de l’alimentation scolaire au Togo remonte à la fin des années 1960 avec l’ouverture des cantines scolaires entre 1967 et 1992 sur l’ensemble du territoire national par le Catholic Relief Services (CRS-CATWELL) avec le soutien du gouvernement américain à travers l’USAID. De 2002 à 2006  l’UNICEF, à travers le  Programme Education de Base (EDB), a permis d’instaurer des cantines scolaires dans les régions Maritime, Kara et Savanes. De 2006 à 2008, le Projet de Développement Rural Intégré dans la région des Savanes (PDRIS), a initié sept cantines à titre expérimental avec l’appui financier du PNUD et la contribution des communautés en main-d’œuvre dans la mise en place des infrastructures au profit de 2.104 élèves bénéficiaires. De 2008 à 2016, a été mis en place le Programme des cantines scolaires par le Projet de Développement Communautaire et de Filets Sociaux (PDC-Plus). 2017 à nos jours, mise en œuvre de la sous-composante : cantines scolaires du projet de Filets sociaux et services de base (FSB) piloté par l’ANADEB.

Toutes ces interventions en matière de cantines scolaires visent à : renforcer les liens entre les repas scolaires, l’agriculture, et le développement local, faire de l’école un point d’entrée des interventions    en matière de développement local, améliorer l’état nutritionnel des élèves du    préscolaire et du primaire des zones pauvres, renforcer les liens entre tous les acteurs  vulnérables et contribuer à améliorer les taux de fréquentation et de  maintien des élèves à l’école.

Pour garantir un bon état nutritionnel des écoliers, des opérations de déparasitage ont été organisées en collaboration avec la direction régionale de la santé à 13 810 écoliers, 344 mamans cantines, 340 enseignants, 135 membres des comités de parents d’élèves.

Il faut rappeler que la zone de couverture du projet est nationale et touche toutes les cinq (5) régions du pays. Le nombre d’écoles touchées est de 304 de 22 préfectures repartis dans les 5 régions économiques du pays et touche environ 92.000 écoliers en moyenne chaque année depuis 2017 pour un coût total de 2,5 milliards de francs CFA par an, dont 1,5 milliards de francs par la Banque mondiale, et 1 milliard de francs CFA par l’Etat togolais.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Résoudre : *
15 + 7 =


Utilisation des cookies
Ce site utilise des cookies pour que vous ayez la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à vous parcourir sont consentants à l'acceptation des témoins précités et l'acceptation de notre politique de cookie